Je partage avec vous un document de synthèse sur les LVE et les dyslexiques que j'ai réalisé pour mes collègues en formation pour les langues vivantes. J'ai utilisé différentes sources (discussion avec les orthophonistes, rapports lus sur le net et échanges avec les collègues de l'ASH). J'ai tenté de lister ce que l'on pouvait mettre en place pour aider les élèves dyslexiques en LVE, y compris les outils. Si vous avez des ajouts à faire, je suis preneuse de  tout conseil supplémentaire.

www

 

LVE et élèves dyslexiques

.

Il existe un outil que je guette depuis quelque temps. Je suis sûre que vous avez vu sur Facebook cette petite vidéo sur le stylo qui scanne le texte pour aider les élèves dyspexiques.

 

J'ai eu la chance de pouvoir le tester pendant 15 jours avec mes deux élèves dys. Elles étaient ravies d'avoir un outil rien que pour elles et surtout, elles ont tout essayé au fur et à mesure que les questions se posaient.

On a essayé de scanner différentes tailles de polices et ça fonctionne, même sur les pages brillantes des manuels. N'essayez pas sur l'écriture cursive, il ne faut pas exagérer.

12

Le stylo scanne relativement vite : on a essayé de passer lentement puis de plus en plus vite, jusqu'à trouver la vitesse de croisière sans rien manquer. On peut revenir un peu avant, histoire de ne pas oublier ce qui a été lu.

Aucun intérêt de l'utiliser sur un texte trop long. Du coup, les filles ont commencé à lire et dès qu'elles étaient fatiguées, elles l'utilisaient. Mais l'intérêt principal réside dans la lecture des consignes et des problèmes. La lecture étant souvent un obstacle à la résolution, Exam Reader a trouvé sa place idéale. Après, il n'explique pas le problème non plus^^

Le casque est très pratique : la voix dit le texte lu sans déranger les camarades qui travaillent dans le silence (enfin, dans un silence approximatif :-).

On peut changer la langue : on l'a essayé en anglais, et ça fonctionne très bien (mais attention, le stylo ne traduit pas, il dit le texte). Il fonctionne aussi  en italien et en espagnol. C'est pour cette raison que je l'ai emmené au Conseil Ecole-Collège, afin de le présenter aux professeurs du collège de secteur.

115549761

Le principal obstacle est le prix : comptez environ 360 euros. Ceci dit, les parents sont tellement inqiuets pour le collège qu'ils sont prêts à l'acheter si c'est un investissement à long terme. Alors ma mission n°2 a été de demander au Principal si les élèves disposant de cet outil pourraient l'utiliser. Quid de la responsabilité en cas de vol ou de perte ? Le Principal a tranché en disant qu'il avait déjà des ordinateurs à disposition pour les dyslexiques et qu'il accepterait cet outil si celui-ci se trouve recommandé dans le PAP par un orthophoniste ou l'ERH ... Donc, ce n'est pas gagné non plus. Il va falloir prévenir aussi les orthophonistes sans doute. Mais les parents comme moi-même sommes un peu découragés, tout en comprenant bien les enjeux.

Il reste qu'on est en grande discussion pour en acheter un ou deux pour l'école afin d'aider les élèves qui en ont vraiment besoin. On utilisait déjà les deux malheureuses tablettes offertes par la Mairie  pour que les élèves dys puissent dicter leur texte et le voir écrit. Pour la lecture, il est certain que cet outil me soulagerait bien en classe, même si je suis relativement disponible, tout comme mes élèves-tuteurs.

Dommage que je  n'aie pas pu le tester plus longtemps afin de voir la fiabilité à long terme.

Si vous avez des questions, n'hésitez pas.

 

  Si vous utilisez des références ou des idées trouvées ici, je vous serais reconnaissante de citer ce blog ou les sites dont je parle. Merci de votre compréhension.

Sylvie Hanot, CAFIPEMF généraliste et LVE.

-