Une petite synthèse de lecture sur un bouquin  écrit en anglais mais qui peut vous intéresser si vous vous intéressez au Storytelling. Difficile de prendre des notes car d'une part, TOUT est intéressant, et d'autre part, parce qu'il m'a fallu traduire les passages. Mais c'est un bon exercice.

index

"The food we eat makes our bodies and the stories we hear makes our mind"

Andrew Wright, Storytelling with children, Oxford University Press, série Resource Books for Teachers.

Andrew Wright est formateur d'enseignants, auteur, illustrateur et conteur.

p.4 Les enfants cherchent toujours un sens aux histoires, ils écoutent dans ce but. S'ils trouvent du sens, leur capacité à comprendre se trouve récompensée et cela les encourage à la développer davantage.

La compétence la plus importante dans une conversation avec un étranger est celle de comprendre le sens d'un long flux langagier contenant des mots nouveaux. Ceci ne peut être construit qu'au travers d'une pratique régulière. Cette compétence est basée sur : une attitude positive, même si on ne comprend pas tous les mots, et la possibilité de faire du sens ou d'émettre des hypothèses. Si les enfants sont capables de le faire dans la langue maternelle, en LVE, cela nécessite du temps et des encouragements de la part de l'enseignant.

Concernant la capacité à parler couramment, elle est basée aussi sur une attitude positive où les enfants peuvent faire des essais sans avoir peur de se tromper. Si l'enfant n'est pas anxieux de s'exprimer, son intelligence et sa créativité seront totalement exploitées. L'enseignant doit donc proposer des situations où les enfants peuvent faire des essais.

Ecouter des histoires permet à l'auditeur d'être ouvert à la mélodie de la langue vivante. Elle les expose aussi à des constructions de phrases plus complexes, sans qu'ils aient à les utiliser. Ils se construisent ainsi un réservoir langagier et lorsque le temps viendra de les utiliser pour produire à l'oral, cela ne sera pas un problème car elles ne seront pas nouvelles pour eux.

 

Sylvie Hanot, Cafipemf généraliste et LVE